Le site de la Ville-Bouvier en Plémy, petite commune rurale du centre des Côtes d'Armor (en Bretagne) est méconnu car les éléments qui me permettent de m'y intéresser sont diffus et, pour la plupart, inédits.

En quelques mots, on y trouve a-priori rien d'exceptionnel mais la source, visible dans un pré, est particulièrement intéressante, en raison d'une pierre qui la recouvre, dont une photo est publiée sur le web ici ; une autre ici, prise par mes soins il y a une dizaine d'années (la mire mesure 1m).

Lors de travaux, cette pierre a été déplacée et a livré quantité de "haches en bronze", lien intéressant entre les sources et les dépôts votifs antiques dont l'existence est souvent évoquée, à tort ou à raison, mais rarement prouvée. Les champs avoisinants livrent des tegulae lors des rares labours (il s'agit de paturages).

Les images observées révèlent des traces de fossés (probablement) quadrilatères :

22150_Plemy_La_Ville_Bouvier_proche_site_Noe_Pellan

Il est temps de comparer ces clichés avec les cadastres anciens, les "napoléoniens" en particulier qui, parce qu'ils datent du tout début du 19e siècle, conservent la "fraicheur" des anciens parcellaires.

En Côtes d'Armor, nous avons la chance d'avoir un Service Départemental qui mette à profit les nouvelles technologies et permette la consultation de ces cadastres avec des images d'une qualité excellente.
Voici celle qui nous intéresse :

22150_Plemy_La_Ville_Bouvier_proche_site_Noe_Pellan_cadastre_1825_Plemy_F3

Il suffit de superposer les deux images en jouant sur la rotation, la mise à l'échelle et la transparence, et voilà ce que je suis parvenu à obtenir :

22150_Plemy_La_Ville_Bouvier_proche_site_Noe_Pellan3

On voit ainsi que les quadrilatères visibles actuellement sur les photos aériennes ne correspondent en rien à l'ancien parcellaire : cela confirme l'hypothèse archéologique et devrait nous inciter à nous pencher davantage sur ce site.