La comparaison de deux versions différentes (l'une date de 2000, l'autre de 2005) d'une même vue révèle à quel point l'un des clichés peut livrer une véritable "radiographie" du sol, l'autre pas ;

Un exemple est proposé ici avec la comparaison des photographies d'un site, situé un peu au nord du lieu-dit "Bigna" en Plessala (22 - Côtes d'Armor).

22330_Plessala___plusieurs_quadrilateres_au_nord_du_Bigna_2

La photographie de 2005 montre une végétation plus luxuriante : les céréales n'ont pas encore été récoltées et le champ qui va nous intéresser ne présente, a priori, aucun signe pouvant indiquer des vestiges archéologiques en sous-sol.

L'examen de la même photographie, dans sa version 2000, est saisissant. Ceux qui peuvent facilement basculer d'un cliché à l'autre le verront encore plus clairement : cette version livre non pas un tracé mais plusieurs, visiblement une superposition d'établissements au même emplacement, ainsi que d'autres tracés difficiles à identifier (vestiges de parcellaire ? de voies de communication ? ...).

22330_Plessala___plusieurs_quadrilateres_au_nord_du_Bigna_1

 

Plusieurs quadrilatères, dont l'un fait une cinquantaine de mètres de côté, se sont succédés sur ce site. On distingue même clairement, pour certains, les zones d'accès.

Ainsi, si les photographies de l'année 2000 sont beaucoup plus révélatrices des vestiges souterrains, il est tout même intéressant de constater que dans la version suivante, les blés livrent eux-aussi un "négatif" du substrat, à peine lisible si l'on n'a pas superposé le premier cliché, mais bel et bien effectif néanmoins.

Ce site est par ailleurs très intéressant et mériterait un examen de terrain à travers une prospection au sol.